Largumentation Indirecte Dissertation Definition

La fable et le conte philosophique sont deux types de textes qui, tout en racontant une histoire plaisante, ont pour fonction de délivrer un message ou une leçon, ou plus largement de susciter la réflexion du lecteur. Leur visée est donc à la fois didactique et argumentative, mais ils empruntent, pour convaincre, les ressorts de la fiction. On peut les trouver groupés sous le terme générique plus large d'apologue (court récit qui vise à démontrer ou à illustrer une leçon de morale), et relèvent de ce que l'on appelle l'argumentation indirecte. Quelles sont les caractéristiques de ces formes ?

1. Comment l'argumentation indirecte procède-t-elle ?

Comme un essai ou un texte purement argumentatif, le conte philosophique et la fable cherchent à convaincre, à délivrer un enseignement ou à faire réfléchir, mais de manière détournée : c'est le récit qui est chargé de mettre en scène des idées et des valeurs.

L'argumentation s'exprime à travers une fiction allégorique, ce qui permet d'incarner des principes abstraits dans des personnages qui en retirent une valeur symbolique : dans la fable de La Fontaine « Le Loup et l'agneau », les deux personnages incarnent de façon immédiatement perceptible le principe du mal et celui de l'innocence ; au-delà de cette dichotomie, le lecteur doit s'efforcer de décrypter la scène afin d'en comprendre les enjeux plus vastes.

En principe, la visée pédagogique du conte ou de la fable impose que les situations narratives illustrent sans ambiguïté les valeurs morales défendues par l'auteur. Toutefois, un texte véritablement littéraire ne saurait se satisfaire de cette simplicité. Bon nombre de ces textes ne se réduisent pas à une interprétation univoque, ou en tout cas sèment le doute dans l'esprit du lecteur. Cette tendance est d'autant plus marquée lorsque la morale n'est pas explicite, mais reste implicite, ou lorsque l'auteur recourt à l'ironie, comme par exemple Voltaire dans Candide (1759). Le lecteur averti doit donc se tenir sur ses gardes et prêter attention aux symboles un peu trop évidents. Telle est en effet la différence principale entre une argumentation directe et une argumentation rendue indirecte par la fiction : il ne peut y avoir de stricte équivalence entre les deux, car toute situation fictive, toute symbolisation, rend l'interprétation à la fois plus difficile et plus stimulante. Ainsi, la célèbre fable de La Fontaine « La Cigale et la Fourmi », qui ne comporte pas de morale, peut apparaître comme une critique de l'insouciance (incarnée par la cigale) ou au contraire de la mesquinerie (incarnée par la fourmi).
Exercice n°1

2. Quelles sont les fonctions des fictions argumentatives ?

Selon l'auteur latin Horace, le conte et la fable remplissent les deux fonctions classiques de la littérature : instruire et plaire.

Les écrivains des Lumières ont fréquemment eu recours à l'apologue dans un but de critique du pouvoir et des institutions. La fiction permet en effet de contourner plus facilement la censure en offrant un premier niveau de lecture tout à fait inoffensif, qui peut s'avérer très subversif lorsqu'il est interprété. L'apologue prend alors une nouvelle dimension : son objectif n'est pas de délivrer un message unique, mais d'inciter le lecteur à la réflexion.

Le conte comme la fable peuvent aborder tous les sujets et livrer des enseignements dans toute sorte de domaines. La leçon peut aussi bien être morale que sociale, politique ou philosophique.

La fonction ludique ne doit pas être oubliée pour autant. Si la fiction est préférée à l'essai austère, c'est parce qu'étant plaisante, elle retient davantage l'attention et permet de s'adresser au plus grand nombre. En tant qu'œuvres littéraires, le conte et la fable sont aussi conçus pour procurer un plaisir esthétique. Les Fables de La Fontaine sont d'ailleurs moins lues aujourd'hui pour la morale que l'on peut en tirer que pour leur inventivité littéraire unique.

3. Quelles sont les caractéristiques de la fable ?

La fable est un genre littéraire très ancien. Ses origines remontent à l'Antiquité, avec l'auteur grec Ésope du vie siècle avant J.-C. et avec Phèdre, fabuliste latin du ier siècle après J.-C. En France, le genre est développé magistralement au xviie siècle par La Fontaine, qui en publie deux recueils. Ses fables ont, dès leur publication, connu un très grand succès qui ne s'est jamais démenti depuis. D'autres auteurs, comme Florian, Queneau ou Anouilh ont également pratiqué ce genre.

La fable est un récit bref, en vers ou en prose, qui repose sur une structure narrative rythmée et qui peut jouer sur des effets de coup de théâtre. Ses personnages sont souvent des animaux, mais peuvent également être des êtres humains, voire des éléments naturels ou des objets. Le cadre de la fable est en général indéterminé et s'inscrit bien souvent dans un univers merveilleux.

La morale, si elle est présente, peut se trouver aussi bien au début qu'à la fin du récit. Parfois, elle reste implicite et le sens de la fable peut alors se révéler ambigu. En tout cas, la fable reste un récit plaisant, présentant une dimension ludique mais aussi esthétique, d'autant plus soulignée lorsqu'il s'agit de fables versifiées.

4. Qu'est-ce que le conte philosophique ?

L'alliance de ces deux mots est en elle-même un défi : le conte, genre léger, associé à la tradition populaire et aux récits pour enfants, est caractérisé par l'adjectif philosophique qui évoque une méditation des plus sérieuses. Or, tel est justement l'enjeu de ce genre d'apologue : produire une fiction vive et plaisante, de facture traditionnelle, qui permette la réflexion philosophique profonde.

En France, l'âge d'or du conte philosophique se situe au xviiier siècle. Les philosophes des Lumières l'ont pratiqué avec bonheur pour diffuser leurs idées, s'inspirant entre autres de la tradition du conte oriental, relayée par la traduction en français du recueil des Mille et Une Nuit, au tout début du siècle. Voltaire est résolument le maître du genre, avec des œuvres comme Zadig (1747), Micromégas (1752), Candide (1759), qui se caractérisent toutes par leur humour, leur vivacité et bien sûr leur ironie.

Le conte philosophique est un récit en prose, relativement bref – mais plus long que la fable. Même si le récit entretient toujours des liens avec l'actualité, il tient du conte par certains traits merveilleux, par certaines péripéties ou épisodes peu vraisemblables. Là encore, il s'agit d'un texte plaisant et ludique, comportant souvent des aspects comiques. Les personnages en général peu nombreux ont une psychologie assez sommaire et sont caractérisés par quelques traits essentiels. Ainsi, Candide est un personnage fondamentalement naïf, qui découvre le monde avec une grande candeur, comme l'indique son prénom.
Exercice n°2

5. Quelles sont les autres formes d'apologues ?
Outre le conte philosophique et la fable, il existe d'autres formes d'apologues que nous pouvons signaler à titre indicatif :
  • la parabole : il s'agit des premiers apologues de l'ère chrétienne. Ils sont présents dans les Évangiles et permettent au lecteur de mieux comprendre, de façon imagée, certains enseignements chrétiens (exemple : la parabole de l'enfant prodigue) ;
  • l'utopie : le mot « utopie » vient du grec u topos qui signifie « lieu qui n'existe pas » et désigne en littérature l'évocation d'un lieu imaginaire, d'une société idéale qui, par contraste avec la société réelle, doit faire réfléchir le lecteur sur le monde qui l'entoure. L'Utopie de Thomas More (1516) est l'ouvrage fondateur du genre. L'utopie peut également être incluse dans un récit. Ainsi, Candide découvre le monde utopique de l'Eldorado.
On peut qualifier de contre-utopies les représentations littéraires d'une société sombre et noire, telle que celle dépeinte par George Orwell, dans son roman 1984 ;
  • la nouvelle ou le roman à thèse : certains récits défendent une idée ou offrent une critique évidente, véhiculées par la fiction elle-même. On peut alors les lire comme des apologues. (exemple : La Peste de Camus) ;
  • le théâtre : certaines pièces peuvent également être lues comme des apologues. Beaumarchais lui-même remarque dans sa préface au Mariage de Figaro : « La fable est une comédie légère, et toute comédie n'est qu'un long apologue ».
La citation

«  Une morale nue apporte de l'ennui.
Le conte fait passer le précepte avec lui.  »

La Fontaine, Fables


Pour aller plus loin

Exercice n°3Exercice n°4Exercice n°5Exercice n°6

Qu'est-ce qu'une « conclusion » dans le cadre d'une dissertation ?

La conclusion d'une dissertation correspond à la toute fin de votre devoir.

Visuellement, elle se distingue de la dernière partie développée, par exemple après un saut de deux lignes.

Que contient-elle ?

La conclusion d'une dissertation peut commencer par « En conclusion, » ou « Pour conclure, » ou encore « Ainsi, ».

Elle reprend les idées que vous avez développées dans votre dissertation, selon le plan que vous aviez annoncé et que vous avez effectivement respecté dans vos parties. En somme, elle fait le « bilan » de votre réflexion.

Faut-il faire une « ouverture » ?

La conclusion d'une dissertation n'est pas à traiter comme la conclusion d'un commentaire composé.

Pour un commentaire composé, vous êtes invité à faire une « ouverture » à la toute fin de votre conclusion, c'est-à-dire à mettre en lien le texte que vous venez d'étudier avec d'autres textes, d'autres notions que vous connaissez.

Etant donné que la dissertation ne porte pas sur un texte mais propose une longue réflexion structurée, il serait dommage de partir à la fin de votre devoir sur une autre réflexion, que vous ne pouvez pas mener. La seule « ouverture » possible est donc d'élargir très légèrement le sujet.

Cet élargissement dans « l'ouverture » est difficile à faire et ne doit pas tendre vers le remplissage farfelu, la question saugrenue.

Ainsi, pour un lycéen, autant cette « ouverture dans la conclusion » est assez facilement réalisable dans un commentaire, autant elle semble très difficile à effectuer dans une dissertation.

Moralité ? Dans une copie de bac, nous vous déconseillons de chercher à faire une « ouverture ». Soignez bien la conclusion – bilan. Ce sera très satisfaisant.

Et si on se sent capable de faire une « ouverture » ?

Pour les élèves qui sont parfaitement à l'aise avec la méthode de la dissertation, la réalisation d'une « ouverture » en fin de conclusion est évidemment possible.

Cherchez alors à élargir le champ de la réflexion, notamment en explorant d'autres supports que littéraires et en vous aventurant vers la modernité. Si la dissertation porte par exemple sur le roman, étendez la réflexion à d'autres genres comme le genre du théâtre ou même cinématographique. Si elle concerne l'argumentation indirecte, partez dans l'ouverture sur les caricatures de presse ou les sketchs des humoristes d'aujourd'hui. Si la réflexion porte sur la poésie, faites une allusion à la poésie numérique ou bien le slam. Etc.

Quels sont les pièges à éviter pour une conclusion de dissertation ?

Premier piège à éviter : la poursuite de la dissertation.

Attention ! Ne donnez plus de références. Ne poursuivez pas la réflexion. Celle-ci est terminée. Même si vous vous rendez compte que vous avez oublié une référence intéressante, tant pis.

Deuxième piège à éviter : le remplissage farfelu pour l'ouverture.

Rien de plus décevant qu'une copie qui s'achève sur une ouverture complètement bidon ! N'en faites pas, c'est mieux.

Voyons deux exemples.

Exemple A (élève A) : conclusion pour une dissertation sur l'argumentation

L'élève A a eu le sujet de dissertation suivant :

Le recours à la fiction (fable, conte philosophique, portrait satirique, roman-fable, etc) permet-il vraiment de dénoncer efficacement les défauts des hommes ?

L'élève A a organisé sa dissertation en 2 parties :

I/ La fiction permet de dénoncer efficacement les défauts des hommes.

II/ Ce recours à la fiction a ses limites, surtout en comparaison avec l'argumentation directe.

Il prépare maintenant sa conclusion.

Il sait ce qu'il dira pour le bilan. Il doit simplement récapituler ce qu'il a dit dans les 2 parties.

Il cherche une « ouverture ». Il n'en trouve pas et sait que ce n'est pas très important.

L'élève A choisit donc, avec pertinence, d'aller à l'essentiel et de rendre une conclusion correcte, sans aucune ouverture.

Après avoir sauté 2 lignes après sa 2ème et dernière partie, l'élève A fait un alinéa de 2 carreaux et écrit ainsi la conclusion suivante :

           Pour conclure, le recours à la fiction (fable, conte philosophique, portrait satirique, roman-fable, etc) permet bel et bien de dénoncer les défauts des hommes mais présente certaines limites et certaines faiblesses. Dans bien des cas, seule l'argumentation directe possède la force de dénoncer et d'agir concrètement. Ainsi argumentation indirecte et argumentation directe se complètent pour faire avancer la critique et faire progresser l'Homme.

Exemple B (élève B) : conclusion pour la même dissertation

L'élève B a eu le même sujet que l'élève A et a établi le même plan mais l'a poursuivi dans une 3e partie.

Plus à l'aise en dissertation que l'élève A, l'élève B a donc composé le plan suivant :

I/ La fiction permet de dénoncer efficacement les défauts des hommes.

II/ Ce recours à la fiction a ses limites, surtout en comparaison avec l'argumentation directe.

III/ Plutôt que le choix entre fiction ou réalité, argumentation indirecte ou directe, ce qui compte, c'est le style de l'auteur.

Pour sa conclusion, l'élève B voudrait, en plus de son bilan, faire une ouverture. Il réfléchit.

Il se dit que le sujet qu'il a eu pour cette dissertation concernait évidemment la littérature mais qu'il aurait aussi pu être valable en dessin.

Il a en effet étudié en classe des caricatures d'Honoré Daumier qui dénoncent des défauts des hommes : par exemple la cupidité des avocats, qui ne pensent qu'à l'argent que vont leur rapporter les affaires à plaider. Les dessins sont bien faits et présentent des traits exagérés. Ce sont des caricatures. Souvent accompagnées d'une phrase de dialogue amusante, ces caricatures relèvent de l'argumentation indirecte. Comme dans une fable de la Fontaine, Daumier passe par la mise en situation, l'exagération stéréotypée et l'humour pour dénoncer les défauts des hommes.

Cet élève B a aussi vu des affiches de propagande soviétique qui glorifient Staline. Ce sont des dessins qui relèvent de l'argumentation directe. Le message est clairement identifié et revendiqué. Cela ne dénonce pas un défaut des hommes mais l'élève pense pouvoir s'en servir pour faire une opposition entre argumentation indirecte / directe et montrer le rôle du talent de l'auteur. Autant Daumier crée un dessin plein de finesse, maîtrisant la caricature, autant les affiches de propagande offrent un traitement grossier, visant simplement l'efficacité.

Cependant l'élève continue de réfléchir et se dit que c'est la même chose dans tous les domaines artistiques engagés, par exemple en chanson...

L'élève B a raison. Tout ceci constitue une bonne ouverture pour sa conclusion de dissertation.

Après avoir sauté 2 lignes après sa 3ème et dernière partie, l'élève B fait un alinéa de 3 carreaux et écrit donc la conclusion suivante :

            Ainsi, l'auteur a le choix des moyens pour dénoncer les défauts des hommes avec efficacité : il peut s'aventurer dans la fiction par le biais de la fable, du conte philosophique, du portrait satirique ou encore du roman-fable. Conscient des limites et des faiblesses de l'argumentation indirecte, dans certains cas il peut faire au contraire le choix d'une argumentation directe, ancrée dans la réalité, exploitant alors tous les ressorts de la rhétorique afin de convaincre et persuader son public. Cependant, nous l'avons vu, l'efficacité d'un texte argumentatif réside en vérité dans le talent stylistique de l'auteur. La dichotomie entre fiction ou réalité est dépassée. Seule compte la maîtrise de la langue et de ses effets. Ne peut-on d'ailleurs pas faire le même constat dans d'autres domaines que la littérature en matière d'argumentation ? Ce qui distingue une caricature réalisée par Honoré Daumier dans sa série sur les Gens de Justice et une affiche de propagande soviétique, est-ce seulement le type d'argumentation ou bien la finesse du trait ? La réflexion sur le recours à la fiction ou bien l'ancrage dans la réalité ne concerne-t-il pas tous les arts ?

Vous savez désormais comment faire une conclusion pour une dissertation.
Maintenant, à vous de jouer ; entraînez-vous !

0 thoughts on “Largumentation Indirecte Dissertation Definition”

    -->

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *